Syncsort : l’inconnu qui vient du mainframe…

Spécialiste de l’accélération mainframe, mais pas seulement… Découverte d’une société née en 1968, avec Chantal Saliou, sa directrice des opérations France et Europe du Sud.

Depuis 1968, Syncsort est spécialisé dans le tri des données sur mainframe. Si cette activité persiste, l’éditeur a enrichi son catalogue de solutions de protection et d’intégration des données, et sur de multiples plates-formes. Objectif : des logiciels visant une performance maximale pour endiguer le flot des données en les qualifiant afin d’apporter plus de valeur. Bref : décider au mieux au coût le plus compétitif. Malgré 12 000 déploiements dans 70 pays (dont en France : Le Figaro, Renault, le Ministère des Armées, Cegedim, France Telecom, BNP, Pages Jaunes, Cofidis…), cet éditeur très technique et intime des architectures matérielles reste encore très peu connu.

Chantal Saliou, directrice des opérations - Syncsort

Chantal Saliou, directrice des opérations - Syncsort

Pouvez-vous nous présenter vos logiciels majeurs ?
Les logiciels développés par Syncsort ? MFX (Mainframe Xpress) occupe arrive la première place sur le marché du tri à haut débit des données, l’ETL DMExpress (ou DME) assure une extraction et un nettoyage efficace des données. Enfin, BEX (Backup Express) peut effectuer une restauration très rapide et économique par exemple dans les architectures utilisant la virtualisation. Ces solutions affichent des performances record dans leur domaine respectif.
Nous produisons 1 à 2 mises à jour annuelles de MFX, plus optimisées et bénéficiant de nouveaux algorithmes s’appuyant toujours sur l’infrastructure matérielle : RAM, cache, bande passante, entrées/sorties…
La connaissance très fine de ces architectures nous permet de gérer nous-mêmes les entrées-sorties pour une optimisation en temps réel pendant que les applications continuent à s’exécuter en production.

Vous êtes connus par les spécialistes du mainframe, mais travaillez-vous sous d’autres environnements ?
Nous avons diversifié notre offre sous Unix, Linux et Windows, sous lesquels notre solution d’intégration de données DMExpress intervient généralement comme accélérateur de traitements. Souvent, nos clients disposent déjà d’un ETL (Informatica, Talend, etc.) et installent DMExpress pour supprimer les goulets d’étranglement et soulager les solutions en place, sans rien modifier. Les gains en performances leur assurent alors un rapide retour sur investissement.

L'intégration accélérée avec DMExpress

L'intégration accélérée avec DMExpress

Pouvez-vous citer quelques exemples d’utilisation de vos logiciels ?
Les nouvelles applications “Clickstream”, utilisant massivement internet génèrent des volumes de données considérables qu’il faut agréger, nettoyer, filtrer… pour en extraire un maximum de valeur. C’est pourquoi DMExpress est utilisé par des entreprises comme Google ou Microsoft. DME joue le rôle d’accélérateur d’applications existantes. Ainsi, en l’installant avec les logiciels Amdocs, les opérateurs de télécommunication optimisent les traitements de très gros flux de données.
Enfin, nous discutons actuellement avec divers éditeurs d’ERP ou de logiciels CRM qui proposerait DMExpress comme module complémentaire de leurs offres.

Comment vous positionnez-vous sur la virtualisation, en complément à des solutions comme Hadoop, ou sur le Cloud computing ?
Ces phénomènes augmentent encore la pertinence de notre positionnement. En effet, DMExpress pour l’intégration ou BEX pour la sauvegarde permettent de faire face à d’énormes volumes de données. Avec le Cloud, il faut plus encore optimiser les flux.

Pages : 1 2

Les autres articles sur ce sujet

Soyez le premier à réagir

RSS - Flux pour ces commentaires.

Ajoutez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée